Pierre Cabaré : « J’ai cosigné cette tribune dénonçant les ravages causés par les armes interdites de l’armée russe » / publié le 24.03.2022

Le 22 mars 2022, le journal La Croix a publié une tribune, à l’initiative de mon collègue député Hubert Julien-Laferrière, pour dénoncer les horreurs causées par les armes interdites utilisées par l’armée russe contre le peuple ukrainien. Comme 90 autres parlementaires, je n’ai pas hésité à cosigner cette tribune, dont voici la version intégrale :

« Guerre en Ukraine : l’appel de parlementaires français contre l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées.

91 parlementaires français lancent un appel mardi 22 mars pour l’adoption d’une déclaration politique claire et ambitieuse contre l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées en Ukraine. Le texte rappelle également qu’au-delà des armes interdites employées par l’armée russe, ce sont des armes conventionnelles qui sont à l’origine de l’hécatombe de civils.

Les événements tragiques qui se déroulent actuellement en Ukraine et les images qui nous parviennent chaque jour des attaques de la Russie sont insoutenables. Il y a quelques jours, allant toujours plus loin dans la barbarie, les Russes ont bombardé un hôpital de Marioupol, tuant 2 femmes et 1 enfant, qui comptent désormais parmi les plus de 2 200 civils tués uniquement dans cette ville. Le bilan ne cesse de croître car, en dépit des règles fondamentales du droit international humanitaire, l’armée russe frappe sans distinction la population ukrainienne et les infrastructures vitales.

Il y a d’abord dans les attaques russes l’usage documenté d’armes interdites depuis 2010 par la Convention sur les armes à sous-munitions, qui constitue la première violation majeure du droit international humanitaire, constitutive de crime de guerre.

Mais ne nous y trompons pas. C’est avant tout l’usage des armes dites « conventionnelles » qui est à l’origine de l’hécatombe de civils et qui sera, à coup sûr, la cause de l’accroissement exponentiel des victimes aussi longtemps que durera le conflit, et plus encore. Créées initialement pour être utilisées sur des champs de bataille ouverts, les armes explosives à large rayon d’impact, y compris les frappes aériennes, les bombardements, l’artillerie lourde, les lance-roquettes multiples, sont actuellement utilisées par l’armée russe dans les villes, avec des conséquences dramatiques sur les populations civiles. En Ukraine, comme ailleurs en Syrie, au Yémen, en Libye, nous connaissons déjà les conséquences d’une telle guerre urbaine : le bilan humain civil sera extrêmement lourd, et les mensonges de Vladimir Poutine n’y changeront rien. Dans les villes, ces armes explosives lourdes ou imprécises ne choisissent pas leurs cibles : elles blessent, elles tuent, indistinctement. Le drame est prévisible et assuré pour les civils dans cette guerre. Les rapports le disent : aujourd’hui, 90 % des victimes des armes explosives à large rayon d’impact utilisées en ville sont des civils. Ce chiffre était de 15 % il y a un siècle et de 50 % lors de la Seconde Guerre mondiale. Depuis dix ans, ce sont 262 000 hommes, femmes, enfants civils qui ont été tués, victimes de la folie des hommes.

La guerre en Ukraine nous ramène à une réalité palpable : les règles existantes ne suffisent plus à protéger les civils. Au-delà des armes, ce sont les pratiques militaires associées qu’il faut encadrer, car il y a longtemps que la simple affirmation du droit international n’est plus suffisante. L’ampleur du drame humanitaire se constate malheureusement aussi sur le très long terme, du fait de l’« effet domino » de ces armes utilisées en ville : déplacements massifs et forcés de populations, destruction systématique d’infrastructures vitales, mais aussi contamination par des restes explosifs de guerre sur des décennies, qui empêche le retour des populations. Car il y a les morts, nombreux, mais il y a aussi celles et ceux qui ont réussi à fuir. À l’heure où plus de 3,2 millions d’Ukrainiens ont franchi les frontières pour fuir les attaques de l’armée russe, quel sera leur avenir lorsque des villes entières, leurs villes, seront détruites et contaminées durablement par les restes explosifs de guerre ? Depuis six ans, poussée par de nombreuses ONG, parmi lesquelles Handicap International, une coalition d’États travaille à une déclaration politique internationale dont le but est de renforcer la protection des civils en conflit armé et l’assistance aux victimes par la mise en œuvre d’un engagement résolu des États visant à éviter l’utilisation des armes explosives à large rayon d’impact dans les zones peuplées. Au moment où l’Union Européenne fait preuve d’une unité salutaire et qu’elle dénonce unanimement les « crimes de guerre » perpétrés à l’égard du peuple ukrainien, il y a urgence à ce que les États et l’ensemble de la communauté internationale tirent enfin les enseignements de décennies de conflits urbains.

La situation en Ukraine démontre une fois de plus la nécessité d’adopter une déclaration politique claire et ambitieuse contre l’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées, comme le demandent le CICR par la voix de son président, Peter Maurer, et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, depuis des années. Les États, dont la France, ont la possibilité de faire cesser ces pratiques de guerre inqualifiables. Les dernières négociations auront lieu en avril. Nous appelons notre pays à se montrer enfin à la hauteur des drames qui se jouent et à se saisir de cette déclaration politique internationale pour renvoyer à jamais les images terribles de victimes civiles aux oubliettes de l’Histoire ».

Parlementaires cosignataires de la tribune :

Hubert JULIEN-LAFERRIÈRE, Député du Rhône – Fabien GOUTTEFARDE, Député de l’Eure – Sandrine MÖRCH, Députée de Haute-Garonne – André VALLINI, Sénateur d’Isère – Valérie THOMAS, Députée du Puy-de-Dôme – Jean-Paul LECOQ, Député de Seine-Maritime – Damien ADAM, Député de Seine-Maritime – Maurice ANTISTE, Sénateur de Martinique – Viviane ARTIGALAS, Sénatrice des Hautes-Pyrénées – Delphine BAGARRY, Députée des Alpes-de-Haute-Provence – Françoise BALLET-BLU, Députée de Vienne – Marie-Noëlle BATTISTEL, Députée d’Isère – Guy BENARROCHE, Sénateur des Bouches-du-Rhône – Esther BENBASSA, Sénatrice de Paris – Hussein BOURGI, Sénateur de l’Hérault – Moetai BROTHERSON, Député de Polynésie française – Fabrice BRUN, Député de l’Ardèche – Alain BRUNEEL, Député du Nord – Pierre CABARÉ, Député de Haute-Garonne – Yan CHANTREL, Sénateur des Français établis hors de France – Annie CHAPELIER, Députée du Gard –  André CHASSAIGNE, Député du Puy-de-Dôme – Daniel CHASSEING, Sénateur de Corrèze – Mireille CLAPOT, Députée de Drôme – Jean-Michel CLÉMENT, Député de Vienne – Yves DANIEL, Député de Loire-Atlantique – Ronan DANTEC, Sénateur de Loire-Atlantique – Monique DE MARCO, Sénatrice de Gironde – Jennifer DE TEMMERMAN, Députée du Nord – Cécile DELPRIOU, Députée de Somme – Gilbert-Luc DEVINAZ, Sénateur du Rhône – Thomas DOSSUS, Sénateur du Rhône – Jean-Paul DUFREGNE, Député d’Allier – Frédérique DUMAS, Députée des Hauts-de-Seine – Jacques FERNIQUE, Sénateur du Bas-Rhin – Bernard FIALAIRE, Sénateur du Rhône – Jean-Luc FICHET, Sénateur du Finistère – Martine FILLEUL, Sénatrice du Nord – Paula FORTEZA, Députée des Français établis hors de France – Albane GAILLOT, Députée du Val-de-Marne – Guillaume GAROT, Député de Mayenne – Joëlle GARRIAUD-MAYLAM, Sénatrice représentant les Français établis hors de France – Anne GENETET, Députée des Français établis hors de France – Hervé GILLE, Sénateur de Gironde – Guillaume GONTARD, Sénateur d’Isère – André GUIOL, Sénateur du Var – Laurence HARRIBEY, Sénatrice de Gironde – Jean-Michel HOULLEGATTE, Sénateur de Manche – Annick JACQUMET, Sénatrice du Doubs – Gisèle JOURDA, Sénatrice de l’Aude – Chantal JOURDAN, Députée de l’Orne – Régis JUANICO, Député de Loire – Marietta KARAMANLI, Députée de Sarthe – Éric KERROUCHE, Sénateur des Landes – Christian KLINGER, Sénateur du Haut-Rhin – Jean-Luc LAGLEIZE, Député de Haute-Garonne – Pierre LAURENT, Sénateur de Paris – Annie LE HOUEROU, Sénatrice des Côtes-d’Armor – Jean-Yves LECONTE, Sénateur représentant les Français établis hors de France – Jean-François LONGEOT, Sénateur du Doubs – Frédéric MARCHAND, Sénateur du Nord – Jean-François MBAYE, Député du Val-de-Marne – Franck MENONVILLE, Sénateur de Meuse – Franck MONTAUGE, Sénateur du Gers – Philippe NAILLET, Député de La Réunion – Matthieu ORPHELIN, Député de Maine-et-Loire – Cyril PELLEVAT, Sénateur de Haute-Savoie –  Christine PIRÈS-BEAUNE, Députée du Puy-de-Dôme – Sébastien PLA, Sénateur de l’Aude – Raymonde PONCET-MONGE, Sénatrice du Rhône –  Dominique POTIER, Député de Meurthe-et-Moselle – Angèle PRÉVILLE, Sénatrice du Lot – Valérie RABAULT, Députée du Tarn-et-Garonne – Cécile RILHAC, Députée du Val-d’Oise – Gilbert ROGER, Sénateur de Seine-Saint-Denis – Fabien ROUSSEL, Député du Nord – Daniel SALMON, Sénateur d’Ille-et-Vilaine – Nadia SOLLOGOUB, Sénatrice de Nièvre – Jean-Pierre SUEUR, Sénateur du Loiret – Aurélien TACHÉ, Député du Val-d’Oise –  Sophie TAILLÉ-POLIAN, Sénatrice du Val-de-Marne – Jean-Claude TISSOT, Sénateur de Loire – Jean-Marc TODESCHINI, Sénateur de Moselle – Sylvie TOLMONT, Députée de Sarthe – Alain TOURRET, Député du Calvados – Nicole TRISSE, Députée de Moselle – Cécile UNTERMAIER, Députée de Saône-et-Loire – Yannick VAUGRENARD, Sénateur de Loire-Atlantique – Michèle VICTORY, Députée d’Ardèche – Mélanie VOGEL, Sénatrice représentant les Français établis hors de France – Hubert WULFRANC, Député de Seine-Maritime.

Pierre Cabaré, Député de Haute-Garonne

Recommended Posts