Malgré les restaurants fermés cet hiver, les ouvriers du bâtiment doivent pouvoir déjeuner au chaud / lettre cosignée par Pierre Cabaré – publié le 8.12.2020

Le 7 décembre 2020, j’ai souhaité cosigner cette lettre adressée à M. Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, afin d’attirer son attention sur le sort des ouvriers du bâtiments qui, en cette période hivernale de confinement où les restaurants sont fermés, rencontrent de réelles difficultés pour, tout simplement, couper la journée en prenant un repas chaud bien mérité dans une salle chauffée, eux qui travaillent dans un froid glacial et humide. Or, sur le même sujet, des solutions ont déjà été trouvées en faveur des routiers. Alors, pourquoi pas aussi pour les ouvriers du bâtiment ?

Voici le texte intégral de la lettre adressée au Ministre :

Monsieur le Ministre,

Nous avons été interpellés par les représentants de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), au sujet des travailleurs du bâtiment qui travaillent en extérieur, et se retrouvent donc sans lieu spécifique pour se restaurer et faire une pause durant la journée de travail.

Plus particulièrement, concernant les ouvriers du secteur qui poursuivent leur travail depuis le début du deuxième confinement, et sont contraints dans les faits de prendre leurs repas dans les véhicules de chantier, en raison de la fermeture des restaurants. Pour que deux salariés ou plus puissent prendre leur repas en même temps dans le même véhicule, le protocole national prévoit une distanciation sociale d’au moins un mètre entre les passagers.

À défaut, les salariés doivent se relayer pour prendre leur repas dans le véhicule. Or, dans les faits, et alors que ce deuxième confinement intervient au début de l’hiver, l’application du protocole et le respect des gestes barrière ne sont pas tenables. À l’image de ce qui a été fait pour les routiers, avec l’ouverture de quelques restaurants, il nous faut envisager le même dispositif pour les ouvriers du BTP, sous présentation de leur carte professionnelle, en établissant une liste par département via les préfectures et en associant les représentants des métiers du bâtiment et de l’UMIH (…).

Cette ouverture doit être conditionnée au strict respect d’un protocole sanitaire renforcé (ventilation des locaux, distanciation, port du masque, gel hydroalcoolique, fermeture des vestiaires, cahier de rappel…). Une solution alternative pourrait être, en lien avec les collectivités, de mettre à disposition des salles polyvalentes et salles des fêtes, pour permettre à ces salariés de se restaurer dans un lieu clos et chauffé.

Nous pourrions également imaginer d’autoriser certains acteurs du bâtiment à profiter de la restauration collective non scolaire de certaines communes. Je vous saurais gré de porter un regard attentif aux demandes exprimées par la CAPEB, et je vous remercie par avance de l’examen que vous voudrez bien porter à notre requête.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre meilleure considération.”

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts