Le fromager toulousain Xavier présente au Député Pierre Cabaré ses dernières nouveautés.

De gauche à droite, Dominique Batani (Président du Grand Marché MIN Toulouse Occitanie et Directeur du Marché de Rungis), Maguelone Pontier (Directrice du Grand Marché MIN Toulouse Occitanie) et Pierre Cabaré (Député de Haute-Garonne).

. Inauguration lundi 2 décembre 2019 du nouveau Quartier de la Gastronomie au Grand Marché MIN (Marché d’Intérêt National) Toulouse Occitanie : 10 grossistes des secteurs de l’alimentaire et de la fleur ont investi un espace de 7500m2. Ce lancement officiel est le fruit de 2 ans d’efforts pour faire monter en gamme le Grand Marché MIN Toulouse Occitanie, en partenariat avec le Marché de Rungis, Toulouse Métropole et la Région Occitanie.

. Parmi les 10 grossistes présents, citons le cas du cash fermier « Carrément Gers » qui regroupe 11 producteurs gersois présentant une offre de produits 100% locaux. Une première nationale qui a pu se concrétiser grâce au contrat de réciprocité signé en juillet dernier entre Toulouse Métropole et le Pays Portes de Gascogne. En clair, grâce à ce contrat de réciprocité, 2 sources de richesse se rapprochent : d’une part, l’important vivier de consommateurs que représente la Métropole de Toulouse, et d’autre part, la qualité et de la diversité reconnues des produits que proposent aux portes de Toulouse les producteurs gersois.

. Ce nouveau Quartier de la Gastronomie vise un chiffre d’affaires de 20 millions d’€ dès 2020, au sein du Grand Marché MIN Toulouse Occitanie qui, rappelons-le, est par son ampleur le 2e MIN de France après celui de Rungis.

. En tant que Député de la Haute-Garonne, je suis attentif à tout ce qui impacte directement ou indirectement notre Grand Marché MIN de Toulouse Occitanie, étant donné qu’il est situé sur le territoire de la circonscription dont je suis l’élu. Je souhaite donc que notre MIN s’ouvre résolument aux producteurs locaux pour favoriser les circuits courts de distribution, et ainsi réduire la facture énergétique des produits qui atterrissent in fine dans nos assiettes. Au travers des échanges que j’ai eus avec sa directrice Maguelone Pontier, j’ai pu apprécier que nous partagions ce même souci de la proximité. D’autre part, je souhaite que notre MIN soit dans un avenir proche encore mieux desservi par les transports en commun, ce qui ne pourra que favoriser son volume d’activité, et donc l’emploi.