Dialogue privilégié entre Pierre Cabaré et une lycéenne attirée par la politique / publié le 9.04.2021

Au cours du mois de mars 2021, j’ai rencontré les élèves de 5 classes de 1ère au Lycée Toulouse-Lautrec. J’apprécie énormément ces rencontres avec les jeunes (j’y consacre en moyenne une journée par mois), de l’école élémentaire aux étudiants, en passant par le collège et le lycée, parce que cela me donne à chaque fois une occasion de dialogue direct avec eux : comment perçoivent-ils la politique, les politiciens, les institutions et les lois de la République… C’est souvent très instructif des efforts que nous devons encore faire pour les intéresser à la « chose politique ». Donc, suite à ces rencontres au Lycée Toulouse-Lautrec, j’ai reçu le message suivant d’une lycéenne :

« Bonjour,

Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, mais je suis au Lycée Toulouse-Lautrec dans la classe de M……. Je vous avais demandé quelles étaient les études pour entrer en politique. Je me permets de vous contacter car je cherche à définir mon orientation et j’aurais besoin de votre avis sincère (si vous êtes d’accord bien sûr). Je souhaite entrer dans la politique dans un but précis : aider les gens. Seulement, j’ai eu quelques fois certains doutes / des avis mitigés (comme quoi la politique pouvait détruire une vie et celle de nos proches…). C’est pour cela que je cherche à savoir : M. Cabaré, vous qui êtes un politicien depuis de longues années maintenant, de par votre expérience, pensez-vous sincèrement avoir permis à des gens d’avoir une meilleure vie ? Et avez-vous des regrets dans vos choix de carrière ? Encore désolée pour le dérangement occasionné… Bonne journée ! »

Et voici ma réponse :

« Bonjour,

D’abord, je réponds à vos deux questions. Oui, je pense sincèrement avoir permis à des personnes d’accéder à des choix de vie qu’ils souhaitent. Les études qui portent à la politique ? La passion. Je n’ai pas de regret. Aujourd’hui, j’ai une expérience d’élu. Cette expérience est incroyable. Cette vie ne ressemble pas à ma vie de citoyen dans son rythme (avant mon élection) mais elle est dans la continuité de l’action de citoyen que j’ai toujours pratiquée. Le même sens. J’ai aidé « les autres » dans ma vie et aussi dans ma vie professionnelle. J’estime avoir réussi et je poursuivrai ensuite cette vie de citoyen engagé. Celle que vous souhaitez, celle sans doute que vous avez. J’ai conservé tout ce désir, cette volonté de justice. La politique est, malgré tout ce que j’ai vécu de fort comme d’injuste, je ne regrette pas mon action, parfois entravée, ou ralentie, par l’étroitesse d’individus ou d’élus, car oui, la bienveillance est un mot, mais ne le reste que dans l’état de mot chez certaines ou certains. Vous souhaitez entrer dans le monde politique (je n’aime pas l’expression « faire de la politique »), je suis certain que vous le pouvez. Gardez vos valeurs et vos qualités. N’oubliez JAMAIS votre envie première d’aider les gens. C’est très ambitieux aux yeux des personnes qui vous entendront dire cela, simplement parce qu’ils pensent que les autres, c’est beaucoup. Lorsque vous aidez déjà une personne, c’est énorme pour elle, et réconfortant pour vous. Aider, ce n’est pas qu’un petit pas, c’est aussi un pas qui entraîne le suivant. Vous aiderez. Vous pourrez et vous pouvez déjà. La politique a besoin de personnes à la fois sensibles et solides. De personnes qui évoluent, mais qui ne changent pas. Oui, parfois, la politique, ou plutôt l’action de certains contre vous, cela peut faire basculer une vie. Mon expérience me dit que la famille est là pour soutenir et garder le cap dans ces moments. Pour moi, elle est et elle le reste. Ne renoncez pas à un projet en regardant le pire, c’est inutile. Si vous souhaitez passer une semaine avec mon équipe et moi, à Toulouse, vous êtes la bienvenue. Je ne connais pas votre âge, mais un accord de vos parents sera peut-être nécessaire. J’ai été long sûrement. Bien cordialement, à vous et à votre professeur. »

Et voici sa réponse :

« Bonjour !

Oui, j’ai bien reçu votre message et je vous remercie BEAUCOUP. Cela m’a vraiment motivée, vraiment merci. Et du coup, pour votre proposition, je serais vraiment honorée de faire ce stage avec vous et votre équipe (si vous êtes toujours d’accord bien sûr). Même si j’imagine que ce n’est pas vraiment possible avec le contexte actuel (Covid, etc.), mais je suis trèèès intéressée. Passez une merveilleuse journée, et merci encore ! »

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts