Confinement en vigueur depuis le 30.10.2020 : lettre aux petits commerçants / publié le 02.11.2020

Face aux difficiles mesures de confinement mises en oeuvre depuis le 30 octobre dernier, j’ai décidé de cosigner la lettre suivante, initiée par ma collègue députée Monique Iborra, et également cosignée par 3 autres députées de la Haute-Garonne (Corinne Vignon, Sandrine Mörch et Elisabeth Toutut-Picard), afin de mieux expliquer aux petits commerçants l’importance du soutien que le Gouvernement a mis en place en leur faveur pour passer cette période délicate :

« Madame, Monsieur, les annonces visant à fermer certains commerces de proximité ont été incomprises et révèlent un sentiment d’injustice du fait des distorsions de concurrence qui ne sont certes pas nouvelles, mais qui apparaissent au grand jour alors que les grandes surfaces et le commerce en ligne ne connaissent pas les mêmes interdits. Si les mesures prises par le Gouvernement en matière économique et en faveur des entreprises sont inédites et reconduites, M. Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances, a déclaré hier un soutien économique massif, encore plus puissant que lors du premier confinement. Le Fond de Solidarité va être porté jusqu’à 10000 euros par mois pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement.

Les annonces récentes du Premier ministre ont rétabli l’équité entre grandes surfaces et petits commerces. Il a également ajouté qu’un nouveau point d’étape serait fait dans les 15 jours. Cependant, nous savons que, si les aides de l’État sont indispensables, elles ne peuvent vous satisfaire à elles seules, votre souhait étant d’avoir la possibilité d’ouvrir vos commerces pour pouvoir vivre d’abord de votre travail. L’état sanitaire de notre pays aujourd’hui, comme celui de nos voisins, très préoccupant et pas toujours ressenti comme tel par nos concitoyens, nécessite des mesures qui peuvent paraître difficiles à mettre en œuvre, la solution n’étant pas d’enfreindre des règles dont dépendent la sécurité sanitaire de chacun. C’est la raison pour laquelle, avec les députés de notre groupe parlementaire, nous avons plaidé et obtenu qu’au-delà des aides financières, vous puissiez bénéficier de la vente «click et retrait en magasin» : un particulier pourra par téléphone ou internet passer une commande, ce client sera autorisé à se déplacer pour aller chercher sa commande dans le magasin ou se faire livrer également. Ce qui n’était pas possible en mars dernier le devient aujourd’hui avec la nouvelle attestation. Cependant, nous savons qu’un magasin sur trois seulement possède un site internet, et ceci n’est pas récent.

Pour y pallier, le Gouvernement a annoncé 100 millions d’euros du Plan de Relance pour accompagner les chefs d’entreprises par des aides directes ou crédits d’impôts, afin de digitaliser leur entreprise. Les communes seront accompagnées pour mettre en place des plateformes digitales appelées «Ma ville, mon shopping» sur lesquelles les administrés pourront trouver l’ensemble des commerçants et acheter en ligne. Nous vivons aujourd’hui, et pour quelques mois sans doute encore, un climat difficile et anxiogène pour tous. Soyez assurés que nous nous efforçons de répondre aux conséquences de cette crise sanitaire inédite notamment par son ampleur sur notre tissu économique et ses impacts sociaux et humains. Nous avons besoin les uns des autres pour passer cette période difficile, vous pouvez compter sur nous, nous comptons sur vous. Restant à votre disposition, nous vous prions, Madame, Monsieur, de croire en l’assurance de nos sentiments les meilleurs. »

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts