[mk_fancy_title size= »20″ font_family= »Arial, Helvetica, sans-serif » font_type= »safefont » align= »center »]En ce début d’année, mes vœux s’adressent tout particulièrement à l’aéronautique, secteur d’activité à la pointe de la technologie, moteur incontournable de la croissance de notre région…[/mk_fancy_title]

Quand on choisit d’être candidat aux élections législatives de la très historique 1ère Circonscription de la Haute-Garonne, celle de Dominique Baudis, on sait par avance que tout ce qui touche à l’aéronautique en général, et à Airbus en particulier, sera le marqueur de tous les choix politiques que l’on sera amené à faire durant son mandat, si bien évidemment on est élu.

Ensuite, quand on est élu par une majorité d’électeurs de Toulouse,

Mondonville, Cornebarrieu, Beauzelle et Blagnac, bassin de vie totalisant plus de 150 000 habitants où est implanté un aéroport international en pleine mutation et en pleine croissance, qui se hisse au niveau des plus prestigieux aéroports européens : on se doit d’accompagner cette transformation.

Je souhaite la bienvenue aux nouveaux partenaires économiques qui ont relevé ce défi.

Désormais, tous les voyants sont au vert, surtout avec la présence en Occitanie du géant mondial de l’aéronautique, qui a toujours été d’une fidélité exemplaire envers sa région.

Quand on mesure la réalité humaine et économique d’une telle concentration sur un même territoire, on prend alors conscience que rien ne se fera qui ne soit digne d’une telle confiance, ni d’une telle exigence.

Que rien n’est possible si nous ne sommes pas à la hauteur de ce soutien sans faille, indispensable, en faveur de ce groupe de dimension planétaire qui, de son côté, donne tant à son territoire.

En fait, c’est un mariage de passion qui lie les citoyens et les élus (dont je fais partie, à la place qui est la mienne) à cette immense entreprise qui rend toujours au centuple ce qu’elle a reçu.

Lors de mes visites sur le terrain, je dialogue parfois avec des « aîné(e)s » qui me parlent avec émotion des Caravelles. Certain(e)s ont aussi assisté, émerveillé(e)s, au premier vol du Concorde, lors d’une très belle journée de juin 1969 : ce jour-là, tous ont été très fiers d’être Toulousain(e)s.

Dans le même esprit, nous sommes fiers que AIRBUS soit toujours en bonne place et en toutes lettres sur le maillot du Stade Toulousain.

[mk_fancy_title size= »20″ font_family= »Arial, Helvetica, sans-serif » font_type= »safefont »]

« Il faut dire que les fiertés se cumulent chez nous… Et des raisons d’être fiers, nous en avons… »

[/mk_fancy_title]

Tout est dans l’ordre des choses pour les habitants de notre circonscription qui aiment leur région, et qui respectent les acteurs majeurs de son développement produisant sa richesse, dont Airbus est le leader incontestable…

C’est aussi un mariage de raison. Car on ne peut ignorer le premier employeur d’une grande région dynamique, pourvoyeur d’emplois directs de qualité, de haute compétence technologique. Mais aussi débouché prioritaire de filières de formations d’excellence, entraînant dans son sillage vertueux des milliers d’emplois induits, qui font vivre

dans une prospérité méritée la 4e région française qu’est l’Occitanie.

Si l’Occitanie était un pays, sa puissance économique actuelle la placerait au 14e rang européen, au même niveau qu’une nation comme la Hongrie !

Airbus et son formidable attrait n’y sont sans doute pas étrangers. L’annonce récente de la création de 2000 emplois directs pour la période qui s’ouvre, en est l’éclatante confirmation.

Mais c’est surtout un mariage d’amour, de ceux qui durent, de ceux qui permettent de bâtir des projets ambitieux et novateurs, parce qu’on est en totale confiance.

Dans des relations d’une telle loyauté et d’une telle proximité, il ne peut y avoir que des gages d’amour. Les intentions et les discours sont sans effets pour cimenter cette réalité qui dépasse tous les clivages.

Airbus le sait : sans avoir besoin de le crier sous tous les toits, le député que je suis, un des représentants de la région à l’Assemblée Nationale, est et sera toujours à ses côtés.

D’ailleurs, en tant que Vice-Président du « G.A. Asie Centrale » à l’Assemblée Nationale, je vois bien que, lors des missions officielles que je suis amené à conduire au Kazakhstan ou encore en Ouzbékistan, mes interlocuteurs me parlent toujours en premier d’Airbus, de l’admiration sans borne que ces puissances en devenir portent à notre leader mondial de l’aéronautique.

Pour ces pays en plein développement, qui représentent donc des marchés potentiels significatifs pour la France, l’exemple d’Airbus fascine plus que jamais.

Et toujours, cette pointe d’admiration chez mes interlocuteurs, quand je parle de Toulouse à des milliers de kilomètres de chez nous :

« Ah oui ! La ville d’Airbus… ».

Oui, en effet, Toulouse et Airbus, c’est pour toujours…

Merci à tous les salariés d’Airbus (69 000 en France, dont 33 410 en Occitanie) qui nous permettent collectivement de voir toujours plus grand, humainement d’aller toujours plus loin ensemble.

Et qui permettent à chacun et chacune d’entre nous de rêver encore et toujours, même bien éveillé(e)…

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Co-Président du « G.E. Aéronautique & Spatial » à l’Assemblée Nationale

Recommended Posts