Accorder plus de poids au fret ferroviaire et fluvial dans le plan de relance ? / 24.09.2020

Ma collègue Carole Bureau-Bonnard, Député de l’Oise, m’a proposé de cosigner une tribune adressée à M. Djebbari, Ministre des Transports, que j’ai jugée pertinente, car elle vise à profiter du plan de relance de l’économie, pour donner enfin aux frets ferroviaire et fluvial, toute la place que ces modes de transport des marchandises méritent. En voici le texte original publié le 21 juillet 2020 :

« Le plan de relance qui se dessine s’annonce historique à bien des égards, tant il touche l’ensemble des secteurs d’activité de notre économie. Les propositions rendues par la Convention Citoyenne pour le climat il y a quelques semaines, auront un impact direct sur les mesures du plan de relance à venir, puisque la transition écologique et l’action en faveur du climat ont été érigées en priorité de la fin du quinquennat par le Président de la République. En matière de mobilité comme de transport de marchandises, la Convention a justement émis plusieurs propositions en faveur de la réduction des gaz à effet de serre, des trajets en poids lourds et plus globalement d’une réduction du transport routier, tout en affirmant la nécessité de développer davantage les secteurs ferroviaires et fluviaux. Comme vous le savez, les principaux acteurs du transport ferroviaire se sont réunis au sein de l’alliance 4F avec pour objectif majeur d’oeuvrer en commun dans le cadre du plan de relance à venir. Les acteurs du transport fluvial, VNF et E2F, souhaitent intégrer cette alliance permettant ainsi la convergence des forces du ferroviaire et du fluvial afin de partager et

défendre ensemble des mesures de relance communes et favorables au report modal. Ces 2 modes de transport obéissent à des logiques communes et constituent un seul et même levier au service de la transition écologique. Gestionnaires d’infrastructures et opérateurs de transport du ferroviaire comme du fluvial, sont confrontés à des défis fondamentaux dans le contexte de la relance : préserver le tissu économique, l’emploi, en favorisant l’émergence d’offres innovantes au service d’une logistique durable et recréatrice de valeur. C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, des parlementaires du Groupe d’Etudes « voies navigables et transports multimodaux – canaux » de l’Assemblée Nationale, signataires du présent courrier et moi-même, vous sollicitons pour que soient mobilisés tous les leviers de relance communs pour le fret ferroviaire et fluvial, comme jamais cela n’a été fait ».

Les 12 cosignataires de cette tribune : M. Guy Bricout, député du Nord – Mme Carole Bureau-Bonnard, députée de l’Oise – M. Pierre Cabaré, député de la Haute-Garonne – M. Marc Delatte, député de l’Aisne – Mme Marguerite Deprez-Audebert, députée du Pas-de-Calais – M. Bruno Duvergé, député du Pas-de-Calais – M. Philippe Huppé, député de l’Hérault – Mme Nicole Le Peih, députée du Morbihan – Mme Catherine Osson, députée du Nord – M. Benoît Potterie, député du Pas-de-Calais – M. Jean-Marie Sermier, député du Jura – Mme Michèle de Vaucouleurs, députée des Yvelines.

Et voici la réponse que nous a adressée le 20 août 2020 M. Jean-Baptiste Djebbari, Ministre des Transports : « Vous avez souhaité appeler mon attention sur le transport fluvial, et son inclusion dans le plan de relance en cohérence avec le soutien au secteur du transport ferroviaire de marchandises. Avec la crise sanitaire inédite qui a touché notre pays, nos chaînes logistiques nationale et internationale ont été mises à rude épreuve. Le transport fluvial et ferroviaire de fret ont alors montré toute leur pertinence et leur résilience, ayant été moins impactés que le secteur routier, permettant ainsi de poursuivre l’approvisionnement de notre pays. Toutefois, nous ne pouvons éluder les problématiques antérieures et inhérentes a ces deux secteurs. Le fluvial comme le ferroviaire ont souffert d’un manque d’investissement ces dernières années, conduisant à une détérioration notoire des lignes et canaux. Depuis 2017, le Gouvernement a donc pris le problème à bras le corps et y a investi massivement – avec près de 3 milliards d’euros par an pour la régénération du réseau ferroviaire et une augmentation de près d’un tiers de l’enveloppe annuelle accordée à VNF pour la seule régénération et modernisation des voies navigables. Mais ce n’était qu’une première étape. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons poursuivre ces efforts. Le plan de relance devra permettre d’accélérer ces transformations, et les transports – qui en seront un pilier essentiel – devront être les moteurs de cette transition écologique. Nous devrons en outre nous donner lers moyens de poursuivre nos efforts en faveur d’un réel report modal (avec notamment le doublement de la part modale de fret ferroviaire d’ici 2030 et de renforcement de l’attractivité du transport fluvial). Comme nous y enjoignent les membres de la Convention

Citoyenne, le développement de chaque mode de transport doit en effet être pensé en complémentarité avec les autres. Les premières annonces réalisées avec le Premier Ministre le 27 juillet dernier l’illustrent. A titre d’exemple, j’ai proposé que trois autoroutes ferroviaires viennent renforcer le maillage de notre territoire d’ici 2022. Deux pourront relier directement de grandes plates-formes portuaires françaises (Sète et Calais, ainsi que Cherbourg et Bayonne), soulignant alors la connectivité entre ces deux modes. Cela permettra également de renforcer l’attractivité du réseau fluvial hinterland, comme voie d’acheminement secondaire vers ces ports et autoroutes ferroviaires, offrant ainsi de nouveaux débouchés. D’autres annonces seront faites prochainement dans le cadre du plan de relance. par ailleurs, la stratégie nationale pour le fret ferroviaire qui sera présentée en fin d’année prendra bien  en considération cet enjeu de coordination intermodale. Tous ces projets ont été concertés avec les acteurs du secteur, dont les membres de l’Alliance 4F. Ce groupement s’étant formé spontanément, je vous invite à réitérer auprès d’eux votre demande de coopération avec VNF et E2F. Toutefois, je ne peux qu’encourager le regroupement autour d’une même table de discussion de l’ensemble des acteurs de la filière fret. Mesdames et Messieurs les Députés, vous pouvez le constater, c’est bien avec une logique intermodale et en faveur du transport de marchandises que nous préparons ce plan de relance. Je sais pouvoir compter sur vous au sein du Parlement afin de poursuivre ces réflexions , comme vous me trouverez toujours à votre écoute afin de renforcer les synergies entre fret ferroviaire et fret fluvial ».

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts