A quand le top départ pour les 6 millions de sapins de Noël élevés en France ? publié le 04.11.2020

Le 4 novembre 2020, j’ai cosigné cette lettre adressée au Premier Ministre et au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et rédigée à l’initiative de ma collègue Yolaine de Courson (députée de Côte d’Or). En cette période difficile et anxiogène, la joie du sapin de Noël est attendue avec impatience par 6 millions de foyers français. Or, à 7 semaines à peine du 25 décembre, la filière française de production et distribution de ces sapins ne sait toujours pas comment elle va pouvoir s’organiser, face au contexte de confinement. En voici le texte :
« Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation,
Alors que les Français vivent une période très difficile et angoissante, la perspective des fêtes de Noël est un horizon réjouissant pour tous nos concitoyens. C’est aussi un objectif de sortie de confinement à atteindre, en respectant scrupuleusement les mesures sanitaires, comme l’a rappelé le Président de la République lors de son allocution du 28 octobre dernier. La célébration des fêtes de Noël s’accompagne traditionnellement chaque année pour 6 millions de foyers français, de l’achat et du parement d’un sapin naturel cultivé en France, et dont la vente débute environ un mois avant le 25 décembre.
Cette vente se réalise principalement en extérieur, ce qui limite les risques de contamination potentielle, dans les circuits de grande distribution, en vente directe à partir de stands installés temporairement sur le domaine public (avec l’accord des maires), ou encore dans des circuits spécialisés comme les jardineries ou les fleuristes. Il existe aujourd’hui une inquiétude des producteurs français concernant la possibilité de disposer de ces circuits de distribution nécessaires à la vente des sapins. Ces professionnels doivent en effet être assurés de connaître ces dispositions dès à présent, afin d’être en capacité de préparer la livraison des points de vente pour le 25 novembre. Fruit de dix années de travail, un sapin ne peut être vendu que durant une courte période d’un mois.
Les producteurs de sapins font déjà face à la concurrence de sapins synthétiques fabriqués majoritairement en Asie du Sud-Est, commercialisables facilement en grande surface ou via une plateforme d’achat en ligne, y compris en cette période de confinement. Rappelons par ailleurs qu’un sapin artificiel émet 2,5 fois plus de CO2 pour sa production et son transport Asie-Europe, qu’un sapin naturel. Aussi, afin de soutenir une activité économique vitale pour des régions rurales comme le Morvan, première région de production française, ainsi que pour d’autres régions de production, pouvez-vous nous assurer au plus vite que tous les moyens seront mis en oeuvre afin de faciliter la commercialisation d’un produit essentiel de notre tradition culturelle ? La période d’exploitation et de préparation démarre dès lundi 9 novembre, donc il y a urgence.
Je compte sur votre écoute et vous remercie pour l’action que vous voudrez bien porter en faveur du soutien à nos productions et à notre tradition culturelle. »

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts