69 députés appellent le Président d’Egypte Al-Sissi à libérer les prisonniers politiques / lettre cosignée par Pierre Cabaré – publié le 8.12.2020

Le 4 décembre 2020, à la veille de la visite officielle en France du Président d’Egypte Al-Sissi, j’ai souhaité cosigner avec 68 de mes collègues députés, cette lettre qui lui est adressée, et qui l’exhorte à libérer dans les meilleurs délais les prisonniers politiques dans son pays. Cette lettre s’inscrit dans la démarche de soutien que nous (les députés) avons déjà initiée, aux côtés d’ONG comme Amnesty International, pour obtenir la libération du militant égyptien Ramy Shaath, l’une des figures laïques de la révolution de la place Tahrir, au Caire. Nous avons également été conviés par ces ONG à nous associer au rassemblement qui se tiendra ce mardi 8 décembre 2020 à 18h, place Édouard-Herriot, à côté de l’Assemblée Nationale, en solidarité avec le peuple égyptien et en soutien aux défenseurs des droits humains emprisonnés dans le pays.

Voici le texte intégral de la lettre adressée au Président Al-Sissi :
“Monsieur le Président,
L’Assemblée Nationale vous recevra officiellement lundi 7 décembre 2020. Ici, au Palais Bourbon, l’hémicycle accueille les 577 députés élus au suffrage universel, pour voter la loi et contrôler l’action du gouvernement. Sur ces bancs siègent des élus de diverses tendances politiques, ou non-inscrits, de droite, de gauche et du centre.
Tous ont en commun le respect de l’Etat de droit et représentent la société civile dans sa diversité. Chaque député bénéficie de l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat.Nous sommes donc particulièrement attachés à soutenir le respect de ces valeurs universelles, intimement liées à la démocratie, en France et dans le monde.
Cette Assemblée vous reçoit, Monsieur le Président, avec tout le respect dû au représentant de la grande nation égyptienne. Les relations bilatérales franco-égyptiennes sont en effet fondées sur des relations historiques denses d’amitié et de confiance, qui se sont fortement développées depuis quatre ans, dans de multiples domaines, tels que l’économie, la sécurité ou la recherche.
Ce partenariat est exigeant et nous appelle, nous parlementaires, à vous exprimer en toute franchise notre vive préoccupation sur le sort de nombreux intellectuels, défenseurs des droits humains, maintenus en détention provisoire et privés de liberté, malgré la crise Covid et les dangers qu’elle comporte pour la propagation du virus.
En voici une liste non exhaustive :Ramy Shaath, Abdel Nasser Ismail, Abdelrahman Tarek, Ahmed Douma, Alaa Abdel Fattah, Esraa Abdel Fattah, Ezzat Ghoneim, Gamal Abdel Hakim, Haitham Mohamedeen, Hisham Fouad, Hossam el-Sayyad, Hossam Moanis, Ibrahim Ezz El-Din, Ibrahim Metwally Hegazy, Ismail Al-Iskandarani, Mahienour al-Massry, Mohamed el-Baqer, Mohamed El-Massry, Mohamed Ibrahim, Mohamed Ramadan, Patrick George Zaki, Ramy Kamel, Solafa Magdy, Zyad al-Elaimy.
Par ailleurs, si nous nous réjouissons de la libération, hier, de dirigeants de l’Egyptian Initiative for Personal Rights (EIPR), nous n’en resterons pas moins vigilants sur leur situation. Nous avons noté les préoccupations exprimées par le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, en particulier pour l’arrestation des dirigeants de l’EIPR.
Au-delà de cette expression entre les exécutifs de nos deux pays, nous voudrions vous appeler solennellement à mettre en place les textes internationaux dont l’Egypte est signataire, et à œuvrer activement à la libération sans conditions des prisonniers politiques. Le fait de continuer de maintenir en détention des prisonniers d’opinion, contrevient non seulement à nos intérêts communs, mais aussi au fondement de nos relations.

Ce signal en faveur de la société civile contribuera à rapprocher davantage l’Egypte d’une paix civile conformément aux droits et libertés fondamentales inscrites dans la Constitution égyptienne.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.”
  • Les 69 députés cosignataires de cette lettre : Mireille Clapot, Erwan Balanant, Delphine Bagarry, Marie-Noëlle Battistel, Yves Blein, Claire Bouchet, Carole Bureau-Bonnard, Pierre Cabaré, Lionel Causse, Philippe Chalumeau, Annie Chapelier, Guillaume Chiche, Paul Christophe, Jean-Charles Colas-Roy, Eric Coquerel, David Corceiro, Jennifer de Temmerman, Marguerite Deprez-Audebert, Coralie Dubost, Nicole Dubré-Chirat, Frédérique Dumas, Elsa Faucillon, Laurence Gayte, Anne Genetet, Raphaël Gérard, Fabien Gouttefarde, Christine Hennion, Hubert Julien-Laferrière, Yannick Kerlogot, Anissa Khedher, Bastien Lachaud, Jean-Luc Lagleize, François-Michel Lambert, Marion Lenne, David Lorion, Jacques Marilossian, Jean-François Mbaye, Jean-Luc Mélenchon, Paul Molac, Sandrine Mörch, Danièle Obono, Matthieu Orphelin, Bertrand Pancher, Mathilde Panot, Patrice Perrot, Pierre Person, Maud Petit, Michèle Peyron, Christine Pires-Beaune, Claire Pitollat, Florence Provendier, Richard Ramos, Pierre-Alain Raphan, Hugues Renson, Cécile Rilhac, Mireille Robert, Nathalie Sarles, Sira Sylla, Aurélien Taché, Bénédicte Taurine, Stéphane Testé, Valérie Thomas, Elisabeth Toutut-Picard, Nicole Trisse, Stéphane Trompille, Frédérique Tuffnell, Nicolas Turquois, Laurence Vanceunebrock et Martine Wonner.

Pierre Cabaré / Député de la Haute-Garonne

Recommended Posts